frendeit
moreCompiègne, Château, dit Palais National, Salle des fêtes France (Oise), Compiègne, ChâteauCompiegne.doc
Autre(s) dénomination(s)
Grande galerie des batailles Galerie de bal (Anonyme, 1847 ; Vatout, 1852, p. 597)
Siècle(s) de construction
19
Début de la réalisation
1809 (La construction de la galerie est entreprise à la fin de 1809 à l’emplacement des appartements du comte et de la comtesse d’Artois. Les travaux se poursuivront jusqu’en 1818 (Kuhnmunch, 2005, p. 32 )Une des plus importantes créations de l’art impérial au palais. Léré pensait qu’on l’entreprit en 1809, sans guère se tromper puisque les premiers mémoires datent de 1810. Ils concernent la démolition des pièces du XVIIIe siècle que comportaient deux étages sur ce même emplacement. Un long corridor les desservait en bordure de la cour des cuisines. Du côté de la cour de la chapelle, un balcon extérieur faisait communiquer l’antichambre, le cabinet des Nobles et autres éléments des appartements de Mesdames. Un devis du 28 mars témoigne de la hâte avec la quelle Berthault conduisait les opérations. On ne mit qu’un jour et une nuit à passer en couleur les parois de la Galerie et les « tire-fonds, ordonnés pour suspendre les lustres furent posés le jour même de l’arrivée de sa majesté, c’est à dire le 20 mars, alors que Napoléon venait s’apprêter à recevoir la nouvelle impératrice ». (Robiquet, 1938, p. 112-113))
Fin de la réalisation
1817
Statut
Modifiée
L'environnement du bâtiment contenant la galerie était-il urbain lors de la construction ?
oui
Fonctions
Événements
  • Réception de l’archiduchesse Marie-Louise, future impératrice (1810/03) : Quentin-Bauchart, Napoléon et Marie-Louise, p. 129-170 (réception de Marie-Louise, passage dans la salle des fêtes, p. 157).

  • Grand dîner pour le mariage de Léopold 1er, premier roi des Belges et de Louise d’Orléans, fille de Louis-Philippe 1er (1832/08/09) : Quentin-Bauchart, Mariage royal sous Louis-Philippe, p. 203-219 (grand couvert de 100 personnes offert le soir dans la salle des fêtes, p. 212 .

  • Grand dîner pour la réception du Czar Nicolas II (1901/09/18) : La réception dura trois jours (18/21 septembre)

Utilisations
  • Apparat : Salle de Bal de 1811 à 1855 ; salle à manger, (pour le mariage de Léopold 1er , pour les séries sous Napoléon III, entres 1860 et 1870, et pour la visite de Nicolas II) ; salle des fêtes en 1894 (Moulin 1992, p. 13-14) ; cf. Quentin-Bauchart, Les séries du second Empire (dîners dans la grande salle des fêtes, p. 231).

  • Passage : Entre la galerie des revues et l’appartement de l’impératrice

  • Autre : Théâtre au temps de Napoléon 1er 

  • Autre : Hôpital militaire pendant la première guerre mondiale

Personnages
Commanditaire(s)
  • Souverain : Napoléon 1er (1769-1821)

    Empereur des Français (1804-1815) (1809-1814)

  • Souverain : Louis XVIII (1755-1824)

    Roi de France (1815-1824) ; commanda la restauration des sculptures et des repeints de fleurs de lys sur les aigles impériales et les armes de Napoléon, exécutée par l’entreprise Dubois-Redouté. (1814-1825)

Créateurs principaux
  • Architecte : Berthault, Louis-Martin (1770-1823)

Artiste(s)
  • Architecte : Berthault, Louis-Martin (1770-1823)

    Sous le contrôle de Percier et de Fontaine, il se contenta de détruire les subdivisions de plusieurs logements de l’aile droite du côté des cuisines pour former une galerie ornée de colonnes de stuc qui d’un côté donnait entrée à l’appartement de l’impératrice et de l’autre après la salle des gardes. Elle servait de pièce pour les réceptions et les fêtes (Fontaine, 1839, p. 15). Le carton O/2/290 des archives nationales contient plusieurs devis et courriers de Berthault relatifs à la dépose des lambris et autres éléments de structure et de décor des deux étages des appartements du Comte d’Artois. Le grand étage et l’attique ont été démolis sous Napoléon 1er en vue de gréer une salle des fêtes, ou galerie de bal, qui a été achevée pour l’impératrice Marie-Louise. A.N. O/2/ 291, I et II (1809-1810)

  • Architecte : Percier, Charles (1764-1838)

    (1809-1810)

  • Architecte : Fontaine, Pierre-François (1762-1853)

    (1809-1810)

  • Peintre : Girodet, Anne-Louis (1767-1824)

    (1811-1817)

  • Peintre : Dubois, Etienne (1766-1830)

    Peintre décorateur (1811-1812)

  • Peintre : Dubois, Jacques-Louis (1768-1843)

    Peintre décorateur (1811-1812)

  • Peintre : Redouté, Antoine (1756-1809)

    Peintre décorateur (1811-1812)

  • Peintre : Redouté, Pierre (1759-1840)

    Peintre décorateur (1811-1812)

  • Sculpteur : Roger

    Sculpteur d’ornements : rinceaux, têtes, guirlandes, palmettes et autres ornements propres à l’ordre corinthien et à son entablement ; Parmi les spécialistes employés aux travaux de la galerie, notons : Zoble, le stucateur, Chaise, le doreur, Roger et Cane, les sculpteurs d’ornements (Robiquet, 1938, p. 112-113) . (1809-1810)

  • Sculpteur : Taunay, Charles-Auguste (1768-1824)

    (1809-1810)

  • Peintre : Vafflard, Pierre-Antoine-Augustin (1777-1838)

  • Peintre : Blondel, Merry- Joseph (1781-1853)

  • Peintre : Vauthier, Jules-Antoine (1774-1832)

  • Peintre : Bonnières

  • Cane

    Sculpteur d’ornements : rinceaux, têtes, guirlandes, palmettes et autres ornements propres à l’ordre corinthien et à son entablement. Cf. Robiquet, 1938, p. 112-113 : Parmi les spécialistes employés aux travaux de la galerie, notons : Zoble, le stucateur, Chaise, le doreur, Roger et Cane, les sculpteurs d’ornements. (1809-1810)

  • Autre : Zoble

    Stucateur ; cf.Robiquet, 1938, p. 112-113 : Parmi les spécialistes employés aux travaux de la galerie, notons : Zoble, le stucateur, Chaise, le doreur, Roger et Cane, les sculpteurs d’ornements.. Zoble a fourni 22 colonnes corinthiennes cannelées, à bases et chapiteaux dorés par Chaise. (1809-1810)

  • Autre : Chaise

    Doreur ; cf. Robiquet, 1938, p. 112-113 : Parmi les spécialistes employés aux travaux de la galerie, notons : Zoble, le stucateur, Chaise, le doreur, Roger et Cane, les sculpteurs d’ornements. Zoble a doré les bases et chapiteaux des 22 colonnes corinthiennes cannelées livrées par Zoble. (1809-1810)

Architecture
Dimensions (en mètres)
long. 45 m , larg. 15 m , haut. 10 m
Plan
www.musee-château-compiegne.fr
Proportion(s) du plan dans la galerie
1 à 3
Niveau d'étage
1
Localisation dans le bâtiment
À l’emplacement des petits appartements du comte et de la comtesse d’Artois, entre la cour de la chapelle et la cour des cuisines suivant un grand axe Nord-Est, Sud-Ouest. Relie la galerie des revues et l’appartement de l’impératrice.
Composants
  • Fenêtres sur les deux grands côtés (type pont) : oui

    Commentaire : Onze fenêtres sur toute la longueur d’un seul grand côté, sur la cour des cuisines ; six fenêtres de l’autre côté sur la cour de la chapelle. Les cinq autres travées de ce côté sont munies de portes donnant sur la chapelle.

  • Fenêtres sur un seul grand côté (type loggia) : non

  • Fenêtres seulement sur les petits côtés (type portego) : non

  • Verrière zénithale : non

  • Portes-fenêtres : non

  • Fenêtres superposées : non

  • Fenêtres/portes en arcades : oui

  • Entrée principale du petit côté : oui

  • Entrée principale du grand côté : non

  • Orientation des peintures principales du plafond vers les grands côtés : non

  • Orientation des peintures principales du plafond vers les petits côtés : non

  • Ex-loggia : non

  • Chauffage : non

    Commentaire : Le carton O/2/ 290 des archives nationales mentionne cependant une commande de trappes de cuivre doré pour des bouches de chaleur

  • Plafond : non

  • Voûte : oui

    Commentaire : A caissons

  • Nombre de fenêtres : 17

  • Nombre de portes : 9

    Commentaire : Deux à chaque extrémité et cinq correspondant aux travées donnant sur la chapelle

Déscription complémentaire : Elle est éclairée par 22 croisées. Vingt colonnes corinthiennes en stuc, cannelées et dorées, portent une corniche enrichie d’ornements en reliefs. Au-dessus de cette corniche s’élève une voûte décorée de caissons, rehaussés d’or, et renfermant des rosaces, des figures, des fleurs-de-lis, des couronnes et des guirlandes, ainsi que douze tableaux représentant des trophées militaires (Fleschelle, 1829, p. 27)

Type de décoration
  • Pilastres : oui

    Commentaire : Deux pilastres corinthiens cannelés et dorés à chaque extrémité de part et d’autre de la grande glace

  • Demi-colonnes : non

  • Colonnes entières : oui

    Commentaire : Vingt colonnes corinthiennes cannelées entières, en stuc blanc et or, détachées du mur, portent un entablement complet . Zoble a livré 22 colonnes corinthiennes cannelées, à bases et chapiteaux dorés par Chaise, doreur .

  • Arcades : non

  • Niches : non

  • Ordre dorique : non

  • Ordre ionique : non

  • Ordre corinthien : oui

  • Ordre composite : non

  • Entablement complet : oui

  • Corniche simple : non

  • Pavement de marbre : non

  • Pavement de pierre : non

  • Tomettes : non

  • Parquet : oui

  • Pavement autre : non

Décor permanent
  • Plafond à caissons avec des peintures ornementales : non

  • Plafond à caissons avec des peintures figuratives : non

  • Voûte sans décoration : non

  • Voûte décorée seulement avec des stucs : non

  • Voûte décorée seulement avec des peintures : oui

    Commentaire : Peintures figurant des caissons entourés de frises de grecques

  • Voûte avec peintures figuratives contournées par décor de stuc : non

  • Voûte avec peintures figuratives contournées par une architecture peinte : non

  • Peintures figuratives sur la voûte conçues comme "quadri riportati" (tableaux de chevalet) : oui

  • Peintures figuratives sur la voûte conçues comme des ouvertures illusionnistes : non

  • Présence d’héraldique : oui

    Commentaire : Présence des armes de Napoléon 1er et d’emblèmes : aigles et abeilles.

  • Présence d'inscriptions : non

  • Présence de figures peintes ou en stuc assises sur la corniche : non

  • Frise avec éléments décoratifs : oui

  • Peintures permanentes sur les parois conçues comme "quadri riportati" (dans des bordures réelles ou peintes ou comme tapisseries feintes) : oui

  • Peintures permanentes sur les parois conçues comme des ouvertures illusionnistes : non

  • Peintures permanentes sur les parois imitant un ordre architectural (colonnes, pilastres etc.) : non

  • Miroirs installés durablement sur les parois : oui

    Commentaire : Une grande glace à chacune des deux extrémités, dans l’axe de la galerie entre les portes. Les cinq portes du côté de la chapelle sont garnies de miroirs.

Décor permanent (détails)
  • Parois - Peinture (1814-1816) : Danse des Grâces présidée par Apollon, une naïade couchée, Mercure.

    Catégorie iconographique : Mythologie - Sujet iconographique : Apollon et les Grâces

    Artiste(s) : Girodet, Anne-Louis (1767-1824)

    Au tympan de la porte de sortie de la galerie, au-dessus de la glace et encadré dans l’écoinçon gauche, d’une naïade couchée, et dans celui de droite de Mercure

    Commentaire : La commande en fut passée en 1809 ; le mémoire de 1816 (au prix convenu de 7.000 francs. A.N. O/2/ 1184 et 1185 précise que le tableau central mesure 2,78m sur 1,68m. Berthault écrit le 31 décembre 1814 à Mounier, à propos des modifications apportées aux tympans de la Galerie : « les deux sujets représentant l’un la Danse des Grâces présidée par Apollon et l’autre la Danse des Nymphes présidée par le dieu Pan seront peints par Monsieur Girodet ». Il commence à peindre en décembre 1814 ; il soumet un mémoire en mars 1816 et les peintures seront marouflées par Dubois le 27 juin 1817 (Kuhnmunch, 2005, p. 32-34).
    Des dessins préparatoires de ces peintures ont été conservés : Danse des Grâces et dessin pour cette peinture lithographiés par Negelen et édités par Engelman (BnF estampes Dc 48, pl. 34) ; dessin de Mercure, lithographié par Negelen et édité par Engelman (BnF, estampes Dc 48, pl. 17). Cf. Coupin, Notice historique sur la vie et les ouvrages de Girodet Paris, 1829 : Mercure couché sur un tertre contre une draperie, dessin de l’une des figures peintes pour Compiègne. Naïade couchée sur une draperie, près d’un ruisseau où elle se regarde, dessin de l’une des figures peintes pour Compiègne. Peintes à l’huile sur toile, les peintures seront marouflées par Dubois le 27 juin 1817.

  • Parois - Peinture (1814-1816) : Danse des bergers au son de la flûte de Pan, une naïade se coiffant, Bacchus.

    Catégorie iconographique : Mythologie - Sujet iconographique : Pan et les nymphes

    Artiste(s) : Girodet, Anne-Louis (1767-1824)

    Au tympan de la porte d’entrée la galerie, au-dessus de la glace et encadré dans l’écoinçon gauche, d’une naïade se coiffant, et dans celui de droite, de Bacchus.

    Commentaire : La commande en fut passée en 1809 ; le mémoire de 1816 (au prix convenu de 7.000 francs. A.N. O/2/ 1184 et 1185, précise que le tableau central mesure 2,78m sur 1,68m. Berthault écrit le 31 décembre 1814 à Mounier, à propos des modifications apportées aux tympans de la Galerie : « Les deux sujets représentant l’un la Danse des Grâces présidée par Apollon et l’autre la Danse des Nymphes présidée par le dieu Pan seront peints par Monsieur Girodet ». Il commence à peindre en décembre 1814 ; il soumet un mémoire en mars 1816 et les peintures seront marouflées par Dubois le 27 juin 1817. (Kuhnmunch, 2005, p. 32-34).
    Des dessins préparatoires de ces peintures ont été conservés : Danse des Nymphes lithographié par Negelen et éditée par Langlumé (BnF département des estampes Dc 48 F°, pl. 74) ; peintes à l’huile sur toile, les peintures seront marouflées par Dubois le 27 juin 1817.

  • Parois - Autre (1810) : 1- La Justice et la Force protégeant l’Innocence
    2 - Apollon, protecteur des Beaux-Arts

    Catégorie iconographique : Allégorie, mythologie - Sujet iconographique : Evocation des bienfaits de Napoléon 1er

    Artiste(s) : Charles-Auguste Taunay (1768-1824)

    Bas-reliefs dorés

    Commentaire : Au-dessus des deux portes du côté de l’entrée. Cf. Robiquet, 1938, p. 112-113 : Le sculpteur Charles-Antoine Taunay, reçut la commande des quatre bas-reliefs de plâtre doré qui décorèrent les dessus-de-porte …Nous avons rencontré les croquis originaux, très schématiques, de ces compositions, ainsi que leurs légendes, par contre fort prolixes. N’en citons qu’une : « Mars, ramenant à la France éplorée la Victoire et l’Abondance, plante sur son territoire l’enseigne qui doit lui servir de palladium. Le vaisseau chargé d’hiéroglyphes, indique le pays que le dieu vient de quitter, comme la ville en pleurs et le gouvernail brisé marquent la situation où était la France », préférant, après cette brillante évocation de Bonaparte chez les pharaons, abréger les trois autres : « Hercule protégeant l’innocence contre le crime » -- « Apollon ranimant la terre en lui présentant les Arts » et « Jupiter accordant la grâce aux villes conquises ».
    Les dessus de portes sont enrichis de quatre bas-reliefs dorés : Mars ramenant sur terre la paix et l’abondance.La Puissance unie à la Sagesse, recevant les hommages des Nations ; La Justice et la Force protégeant l’Innocence ; Apollon ramenant les Beaux Arts sur la terre. (Fleschelle, 1829, p. 27-28). Mêmes éléments cités par Launay, 1888, p. 45-46

  • Parois - Autre (1810) : 1- La Puissance unie à la Sagesse recevant l’hommage de la Nation
    2- Mars ramenant sur la terre la Paix et l’Abondance

    Catégorie iconographique : Allégorie, mythologie - Sujet iconographique : Evocation des bienfaits de Napoléon 1er

    Artiste(s) : Charles-Auguste Taunay (1768-1824)

    Bas-reliefs dorés

    Commentaire : Au-dessus des deux portes du côté de la sortie. Cf. Robiquet, 1938, p. 112-113 : Le sculpteur Charles-Antoine Taunay, reçut la commande des quatre bas-reliefs de plâtre doré qui décorèrent les dessus-de-porte …Nous avons rencontré les croquis originaux, très schématiques, de ces compositions, ainsi que leurs légendes, par contre fort prolixes. N’en citons qu’une : « Mars, ramenant à la France éplorée la Victoire et l’Abondance, plante sur son territoire l’enseigne qui doit lui servir de palladium. Le vaisseau chargé d’hiéroglyphes, indique le pays que le dieu vient de quitter, comme la ville en pleurs et le gouvernail brisé marquent la situation où était la France », préférant, après cette brillante évocation de Bonaparte chez les pharaons, abréger les trois autres : « Hercule protégeant l’innocence contre le crime » -- « Apollon ranimant la terre en lui présentant les Arts » et « Jupiter accordant la grâce aux villes conquises ».
    Les dessus de portes sont enrichis de quatre bas-reliefs dorés : Mars ramenant sur terre la paix et l’abondance.La Puissance unie à la Sagesse, recevant les hommages des Nations ; La Justice et la Force protégeant l’Innocence ; Apollon ramenant les Beaux Arts sur la terre. (Fleschelle, 1829, p. 27-28 ; mêmes éléments cités par Launay, 1888, p. 45-46)

  • Parois - Peinture (1810) : Figures de femmes, d’enfants, ornements, rinceaux et armes impériales.

    Catégorie iconographique : Autre

    Artiste(s) : Etienne Dubois (1766-1830) et Jacques-Louis Dubois (1768-1843)

    « Un grand tableau, milieu, composé de deux renommées et des armes impériales et de deux écoinçons formant caisson de deux, et trois membres de moulures servant d’encadrement, le milieu des écoinçons composés de figures de femmes, et d’enfants, et grands ornements entres les écoinçons, à plomb des pilastres, deux frises en rinceau le tout rehaussé d’or. » A.N. O/2/ 290/III cité par Kuhnmunch, 2005, p. 32, note 2.

    Commentaire : Deux ensembles décoratifs peints à l’huile sur plâtre aux tympans et aux extrémités de la galerie. Cf.Robiquet, 1938, p. 112-113 : Les décorateurs Louis et Etienne Dubois, Antoine et Pierre Redouté eurent à exécuter la totalité des peintures ornementales 

  • Plafond - Peinture (1810) : Frises de grecques, figures, couronnes impériales, fleurs.

    Catégorie iconographique : Autre - Sujet iconographique : Armes, trophées et emblèmes de Napoléon 1er, héraldique

    Artiste(s) : Dubois, Etienne (1766-1830) et Dubois, Jacques-Louis (1768-1843)

    Encadrement des quadri riportati peint à l’huile sur plâtre

    Commentaire : Cf. Robiquet, 1938, p. 112-113 : Les décorateurs Louis et Etienne Dubois, Antoine et Pierre Redouté eurent à exécuter la totalité des peintures ornementales.

  • Plafond - Peinture (1814) : Emblèmes royaux, frises et motifs ornementaux et végétaux

    Artiste(s) : Redouté

    Peintures à l’huile sur plâtre

    Commentaire : Remplacement des N de Napoléon par des têtes surmontées de branches de laurier et de palmettes, les abeilles par des fleurs de lis ou des boutons floraux. (CAA 74-1815, cité par Kuhnmunch, 2005, p. 32, note 3) ; cf. Robiquet 1938, p. 112-113 : Les décorateurs Louis et Etienne Dubois, Antoine et Pierre Redouté eurent à exécuter la totalité des peintures ornementales.

  • Plafond - Peinture (1810) : Douze trophées militaires

    Catégorie iconographique : Allégorie, histoire moderne - Sujet iconographique : Evocation des victoires de Napoléon 1er

    Artiste(s) : Vafflard, Pierre ; Blondel, Joseph-Merry ; Vauthier, Jules ; Bonnières

    Douze compartiments peints à la voûte

    Commentaire : Cf. Robiquet, 1938, p. 112-113 : « Léré, d’accord avec les archives, donne le nom des élèves du baron Regnault qui célébrèrent, dans les compartiments du plafond, l’Expédition d’Egypte, les victoires d’Ulm, d’Austerlitz, d’Iéna, d’Eylau et de Friedland, ainsi que les entrées à Vienne et à Berlin. Ce sont : Pierre Vafflard, Merry Blondel, grand prix de Rome, Jules Vauthier, deuxième grand prix de Rome et Bonnières » ; et Moulin 1992, p. 13, Compartiments du plafond, victoires de l’Empereur par des élèves de Regnault (Vafflard, Blondel, Vauthier, Bonnières).

Décor mobile commandé pour la galerie
  • Sol - Mobilier : 1 console

    Date de création : ?

    Date d'installation : ?

    Catégorie iconographique : Autre

    Console style Louis XIV, en bois sculpté et doré supportant une Mosaïque de marbre et de pierres dures fabriquée aux Gobelins au XVIIe siècle, sujets de personnages, d’animaux, fleurs, fruits et paysages.

    Commentaire : Ouvrage qui rivalise de beauté avec les précieuses mosaïques de la galerie d’Apollon au Louvre, réservées comme celles-ci en 1793-1795, lors de l’aliénation des biens de la Couronne.

  • Sol - Mobilier : Banquettes

    Date de création : ?

    Date d'installation : ?

    Catégorie iconographique : Autre

    Artiste(s) : Dugourc, Jean-Démosthène (d’après)

    Banquettes fabriquées à Beauvais de 1815 à 1830 ; recouvertes de tapisserie à cornes d’abondance, bouquets et guirlandes de fleurs ; elles furent munies de dossiers en 1838. (Launay, 1888, p. 45-46). .

  • Sol - Mobilier : 2 vases

    Date de création : ?

    Date d'installation : ?

    Deux grands vases dits de l’Agriculture fond vert céladon, sous émail : ronde d’enfants et épis de blé en application de pâte, fabrication du temps de Napoléon III.

  • Sol - Mobilier : Horloge

    Date de création : ?

    Date d'installation : ?

    Horloge à équation, renfermée dans une gaine en acajou, style empire, ornements en bronze dorés mouvement de Bailly à Paris ; fabrication de 1807.

  • Sol - Sculpture : Napoléon 1er législateur en costume romain

    Date de création : ?

    Date d'installation : ?

    Catégorie iconographique : Histoire moderne

    Artiste(s) : Chaudet

    Statue en pied en marbre

    Commentaire : Réplique de la statue du Palais Bourbon donnée par Louis XVIII au roi de Prusse (Moulin 1992, p. 14)

  • Sol - Sculpture : Laetitia Bonaparte

    Date de création : ?

    Date d'installation : 1857

    Catégorie iconographique : Histoire moderne

    Artiste(s) : Atelier de Canova, réplique de la statue conservée à Chatsworth House.

    Statue en marbre blanc

    Commentaire : «  l’autre de Madame Loetitia (sic) sa mère, assise et vêtue également du costume romain. Cette dernière statue est attribuée à Canova ; mais comme elle n’est pas signée, elle pourrait bien n’être qu’une copie de celle exécutée à Rome en 1805 par cet artiste pour être placée dans un des palais de la famille Canino. Elle aurait ensuite fait partie de la collection du duc de Devonshire à Londres » (Launay, 1888, p. 45-46)

Décor mobile de collection
  • Parois - Peinture : 1-Le matin, par Joseph Vernet
    2-Vue de Venise, par Canaletto
    3-Moïse défendant les filles de Jethro, par Giovanni Francesco Romanelli
    4-Portrait, par Annibale Carrache
    5-Judith, par Bartolomeo Manfredi
    6-Vue de Venise, de l’école de Canaletto
    7-L’Amour abandonnant Psyché, par Bethaut
    8-Jupiter et Danaé, par Bethaud
    9-Halte à la porte d’une auberge, de l’école flamande du XVIIe siècle
    10-Corps de garde de singes, de l’école flamande du XVIIe siècle
    11-Marine, par Pierre-Jacques Volaire
    12-Jean-Baptiste enfant, de l’école flamande du XVIIe siècle
    13-Sainte Famille, de Charles de Lafosse
    14-Aréthuse poursuivie par Alphée, par Jean Restout
    15-La bergère des Alpes, par Joseph Vernet
    16-Borée enlevant Orythie, par François Verdier
    17-Bords du Rhin, par Jan Griffier
    18-Marine, d’après Salvator Rosa
    19-Nymphes, d’après Le Corrège
    20-La Purification, par Luca Giordano
    21-Les Lunettes, sujet tiré des Contes de La Fontaine, par Nicolas Lancret
    22-Les Rémois, sujet tiré des Contes de La Fontaine, par Nicolas Lancret
    23-Paysage, par Andrea Locatelli
    24-Borée enlevant Orythie, par Luca Giordano
    25-Bonaparte après Marengo, par Jean-Antoine Gros
    26-Vénus versant le dictame sur la blessure d’Enée, par Giovanni Francesco Romanelli
    27-Les Pèlerins d’Emmaüs, d’après Rembrandt
    28-Portrait de jeune homme, attribué à Rubens
    29-Marine, imité de Salvator Rosa
    30-L’embarquement d’Enée, de l’école flamande du XVIIe siècle
    31-La bergère endormie, par Nicolas Lancret
    32-Bergers et bergères, par Nicolas Lancret
    33-Paysage, par Andrea Locatelli

    Date de création : ?

    Date d'achèvement : ?

    Catégorie iconographique : Religion, mythologie, paysages, histoire moderne, autre.

    Artiste(s) : Anonyme : 9, 10, 12, 30 Bethaud : 7, 8 Canaletto, Giovanni Antonio Canal, dit (1697-1768) : 2, 6 (école de) Carrache, Annibale (1560-1609) : 4 Corrège, Antonio Allegri, dit Le (1489-1534, d’après) : 19 Giordano, Luca (1632-1705) : 20, 24 Griffier, Jan (1645-1718) : 17 Gros, Jean-Antoine (1771-1835) : 25 Lafosse, Charles de (1636-1716) : 13 Lancret, Nicolas (1690-1743) : 21,22,31,32 Locatelli, Andrea (1695-1741) : 23,33 Manfredi, Bartolomeo (1582-1622) : 5 Rembrandt, Harmenszoon van Rijn (1606-1669, d’après) : 27 Restout, Jean (1692-1768) : 14 Romanelli, Giovanni Francesco (1610-1662) : 3, 26 Rosa, Salvator (1615-1673) : 18 (d’après), 29 (imitation) Rubens, Pierre-Paul (1577-1640, attribué) : 28 Verdier, François (1652-1730) : 16 Vernet, Joseph (1714-1789) : 1, 15 Volaire, Pierre-Jacques (1729-1799) : 11

    Commentaire : Tableaux accrochés dans la galerie de bal à la fin du XIXe siècle ; cf. Joanne, 1897, p. 11-12

Documentation
Sources
  • archive : Archives nationales :
    O/2/ 288. Lettres de Berthault, 1810-1814.
    O/2/ 290. Lettres de Berthault et divers devis et mémoires sur les travaux de la Galerie de Bal
    O/2/640-652 Inventaire du mobilier du château de Compiègne
    O/2/ 1184. Comptabilité du domaine de Compiègne
    O/2/ 1185. Suite de la comptabilité.
    O/3/ 1422
    O/3/ 2071-2075
    O/3/ 2086-2090
    O/4/ 240
    O/5/ 1678-1681
  • archive : Escuyer, Gaspard, Histoire de Compiègne par Gaspard Escuyer (1754-1832). Le Château de Compiègne,
    Bibliothèque municipale de Compiègne, Manuscrits du Palais mis à la disposition de la ville, 7ème volume, Consulat-1816, 288 p. Manuscrit acheté par Napoléon III au fils de l’auteur.
  • archive : Léré, Jean Antoine François, Le Château de Compiègne, Manuscrit, Bibliothèque municipale de Compiègne
Bibliographie essentielle
  • Starcky, Emmanuel, 1810, la politique de l'amour. Marie-Louise & Napoléon Ier à Compiègne, Catalogue d’exposition, Château de Compiègne, 28 mars - 19 juillet 2010
  • Starcky, Emmanuel, Louise et Léopold : le mariage du premier roi des Belges à Compiègne, le 9 août 1832, Catalogue d’exposition, Paris, Compiègne, 2007
  • Beaufils Mathieu, Les Galeries des environs de Paris dans les descriptions de Louis XIV à la Restauration, Ecole du Louvre, Mémoire de 2ème cycle, 1ère année, 2007
  • Kuhnmunch, Jacques, Girodet à Compiègne, Paris, 2005
  • Caude, Elisabeth, Le château de Compiègne dans la tourmente de la Grande Guerre, Catalogue d’exposition, 7 novembre 2002-10 mars 3003, Paris, 2002
  • Caude, Elisaabeth, et Kuhnmunch, Jacques, Un Tsar à Compiègne, Nicolas II, 1901, Paris, 2001
  • Moulin, Jean-Marie, Guide du musée national du Château de Compiègne, Paris, 1992
  • Moulin, Jean-Marie, Le château de Compiègne, Paris, 1987
  • Hautecoeur, Louis, Histoire de l’architecture classique en France, t. V, Révolution et Empire, Paris, 1953
  • Robiquet, Jacques, Pour mieux connaître le Palais de Compiègne , Compiègne, 1938
  • Quentin-Bauchart, Ernest, Les chroniques du château de Compiègne, vol. IV, Napoléon et Marie-Louise, vol. V, le retour des Lys, vol. VI, Un mariage royal sous Louis-Philippe, vol. VII, Les séries du second Empire, Paris, 1910.
  • Joanne, A., Compiègne et Pierrefonds, forêt de Compiègne, Laigne, Ourscamp…, Paris, 1897
  • Launay, E. de, Guide du visiteur du palais de Compiègne, Compiègne, 1888
  • Vatout, Jean, Le château de Compiègne. Souvenirs historiques, son histoire et sa description, Paris, 1852
  • Anonyme, Notices des peintures et sculptures placées dans les appartements et dans les jardins du palais de Compiègne, Compiègne, 1847
  • Fontaine, Pierre-François, Le Château de Compiègne, domaine de la couronne , Paris, 1839
  • Fleschelle (aide-concierge du château de Compiègne), Description du château royal de Compiègne, Compiègne, 1829
Liens internet
Auteur(s), dernière modificationLauga, Jacques/Constans, Claire/Da Vinha, Mathieu - 2010/05/30